Texte défilant
d'Astwinds
Association de Défense du Pays de Nied: Sauvegarder, Sensibiliser, Mobiliser, Informer, Préserver.

DES IMPÉRATIFS DE SÉCURITÉ A RESPECTER...

 

 

 


 

 

 

 

Les porteurs du projet ont "écouté" les demandes de l'ADPN et certaines contenues dans son "cahier des charges" devraient être appliquées 




(à lire ci-dessus)


 

 


 

 

L'application de certaines règles et obligations à respecter dans le domaine de la sécurité et de l'environnement est IMPERATIVE pour tout projet d'unité de méthanisation, que ce soit à Boulay ou ailleurs.


 

>>>> Voici NOTRE CONTRIBUTION à un "cahier des charges" pour l'usine de biométhanisation de BOULAY-MOSELLE (57220) :


 

Même si le lieu d'implantation de la "future" usine a été "déplacé" sur un site plus approprié, la zone industrielle, les nuisances visuelles, olfactives et sonores et les risques bactériologiques, sanitaires et accidentels, eux, n'auront pas disparu.

 


L'ADPN (Association de Défense du Pays de Nied) a demandé une concertation afin d'être associée à la rédaction d'un "cahier des charges", valant engagement de la part des porteurs du projet.

 

 


1/ Gestion environnementale : amélioration de l'aspect esthètique et intégration paysagère :

 


+ pour cause de proximité de la nappe phréatique (à 1,05 m), l'enterrement des cuves par un talus végétalisé avec haie d'arbres pour cacher les installations;

 

+ des couleurs discrètes pour les matériaux avec utilisation du bois pour les façades des digesteurs.

 

 2/ Les odeurs :


+ un système de capture des odeurs (notamment lors du décharchement des intrants) : des bio-filtres;

 

+ la maîtrise des odeurs par un transport en camions-bennes fermés;

 

+ chargements/déchargements à l'intérieur d'un bâtiment (= bâtiment dépressurisé avec sas);

 

+ demander l'intervention d'un consultant-expert indépendant et impartial, tel "Odotech" (= société environnementale spécialisée dans la mesure et le contrôle des odeurs).


 

 3/ Le bruit :


+  des études acoustiques sérieuses;

 

+ une application très stricte des autorisations et horaires de transports de matières (heures et jours) et établissement d'un plan de circulation (pour le transport du fumier et du digestat);

 

+ une limitation de l'impact sonore (cogénérateur et ventilateurs) par l'aménagement d'un talus végétalisé (= confort acoustique).


 

 4/ Le digestat :

 

 

+ Les communes concernées devront donner leur accord pour les lieux d'épandage;


+  Des informations rendues publiques : composition du digestat (métaux lourds, antibiotiques, etc...); le plan d'épandage (lieux, quantités); conditions et horaires de circulation;

 

+ des analyses fréquentes (notamment pour son impact environnemental);

 

+ une utilisation réglementée (épandage et transport);


+ Tenir compte de l'avis du 6 mai 2014 de l'ANSES (l'homologation des digestats n'est possible en l'état faute de pouvoir s'assurer l'innocuité de ces produits tant pour la santé publique que pour l'environnement.)


 

 5/ Le respect des consignes de sécurité (classement en zone ATEX) :


+ un plan de prévention des risques (incendie, fuite et explosion);

 

+ l'application du principe de précaution (Méthane = bombe à retardement);

 

+ une étude préalable d'accidentologie;

 

+ le pétitionnaire (= demandeur d'une autorisation d'exploiter ICPE*) doit démontrer sa capacité à exploiter ses installations dans des conditions de parfaite sécurité (décisions de justice récentes : arrêts des Cours Administratives d'Appel de Lyon du 4/11/2011, CDA de Douai du 30/6/2011, CDA de Nantes du 13/2/2011 et CDA de Bordeaux du 8/9/2008);

 

+ L'obligation d'avoir à la conduite de cette usine un professionnel "industriel" (niveau ingénieur) : par expérience, la conduite d'installation de ce type faite par des agriculteurs se dégrade vite et devient (très vite) dans l'état du matériel agricole, c'est à dire de la maintenance faite à coups de meule, soudures et rafistolages de secours qui durent et deviennent définitifs, tout comme sur un engin ou une remorque agricole.


"ENERGICULTEUR" = QUELLE FORMATION?



6/Le bon fonctionnement, la pérennité et la sécurité des installations seront-ils VRAIMENT assurés?

 

 

Divers éléments doivent éliminés : eau (corrosion,...), siloxanes (encrassement,...), H2S, etc...

 


7/ Questions et réponses impératives :

 

 

+ Comment seront traités les effluents (air, eau)?


+ Comment sera réalisé le stockage des fumiers?

 

+ quelles sont les origines exactes et précises en quantité des matières premières?

 

+ la quantité traitée sera-t-elle toujours la même (8 000t/an)? OU des contrats de livraison seront-ils signés avec des agriculteurs-fournisseurs du secteur?

 

+ une extension éventuelle est-elle prévue? *



* Les statuts officiels de l'AMDPB disent : "Activité : construction et exploitation d'une ou plusieurs unités de méthanisation"...Qu'en penser? 


 

+ Les boues de la station d'épuration (en face) ne seront-elles pas un jour utilisées?



 8/ Création d'une commission de "suivi" avec réunions régulières :



+ les OBJECTIFS de cette commission pendant la phase d'élaboration du projet et avant son lancement : veiller à la prise en compte des intérêts des habitants et au strict respect de l'arrêté du 12/8/2010 (prescriptions applicables aux installations de méthanisation); rubrique n° 2781-1 (la nomenclature des ICPE*);

 

+ cette commission de "suivi" sera complétée par un comité de  "nez" : une fois l'unité de méthanisation en fonctionnement, la commission de suivi sera remplacée par ce comité chargé du respect des engagements de nuisances minimales dans l'exploitation du site.

 

 

*ICPE : Installations Classées pour la Protection de l'Environnement (la législation des ICPE a pour objet de MINIMISER dans toute la mesure du possible les dangers et nuisances résultant de telles installations).

 

 

>>>> Tout porteur de projet ferait bien de s'inspirer du "Guide de bonnes pratiques pour les projets de méthanisation"


 

LE DOCUMENT CI-DESSUS a été envoyé en décembre 2011 aux porteurs du projet....il était resté sans réponse jusqu'au 10/06/2014!!!!


 


 

L'ADPN tient à souligner, avec satisfaction, que certaines demandes vont être appliquées ( EX : talus paysager avec arbres; formation des énergiculteurs; aucune extension envisagée).


Parmi les demandes insatisfaites, l'ADPN souhaite la création d'un "comité de suivi"